La “dark side” de la KPOP Mar13

Tags

Related Posts

Share This

La “dark side” de la KPOP

La Kpop est connue pour ses chorégraphies compliquées et impressionnantes, ses beaux visages et les corps minces de ses artistes, la voix magnifique et les paroles touchantes de ceux-ci. Mais savez-vous ce qui passe en dehors des caméras ?

Des débuts pas si prometteurs

Avant leur début officiels, les futurs “Idols” sont des “trainees” (des personnes en formation pour devenir Idols où les artistes sont habitués aux heures d’entraînement intensif et formés pour apparaître bien devant les caméras, sur scène et plus généralement en public. Cette période d’entraînement peut durer de quelques mois à 10 ans maximum, mais quelques fois elle dépasse ce laps de temps, allant jusqu’à quinze ans. Les artistes commencent cette formation parfois très jeunes. On recense un grand nombre d’abus sur des “trainees” le plus souvent mineurs, et les auteurs de ces abus ne sont pas toujours punis. En dehors de ça, les jeunes artistes sont sortis de leur structure familiale et n’ont que très peu de contact avec leur famille et leur amis.

Contrats abusifs

Quand les artistes signent avec une agence – avec une durée de contrat est allant généralement de 5 à 13 ans -, celle-ci s’engage à les aider dans leur accession au monde de la musique. Mais, en contrepartie, les pré-idols s’engagent à obéir avec rigueur à des règles plus ou moins strictes, tout dépend de l’agence avec laquelle ils signent.

Une fois le contrat signé, les artistes “appartiennent” à l’agence et n’ont quasiment plus de vie privée. Beaucoup sont logés dans des petits dortoirs et s’en plaignent, même si cela commence à changer. A titre d’exemple, citons par exemple la “Blackpink House “, la magnifique villa du girlsband Blackpink. En plus de ça, le temps passé sur internet ou encore le temps destiné aux divertissements, à dormir et à travailler sont minutieusement contrôlés (plus de 20 heures de travail pour certain).

Les agences ont aussi un contrôle total sur le poids des artistes, et si elles les jugent trop gros, elles n’hésitent pas à les soumettre à des régimes très, voire trop exigeant. Un régime très connu en Corée est celui du “paper cup diet”. Il consiste à choisir trois tupperwars ou gobelets en papier et de n’en manger que le contenu (une tasse de glucides, une tasse de fibres et une demi tasse de protéine), et ce trois fois par jour. À cause du manque d’apport en énergie de ces régimes et la fatigue constante, il est déjà arrivé plus d’une fois que les idols s’évanouissent sur scène devant des milliers de spectateurs médusés. Les agences vont parfois jusqu’à forcer les artistes à passer sous le bistouri.

Pour plusieurs autres raisons que je citerais plus tard, il n’est pas rare d’entendre parler de ces contrats en tant que “slave contracts”(contrats esclavagistes).

Les artistes payés moins que le smic

Malgré les contrats abusifs, pourquoi les idols ne quittent pas l’agence? Et bien pendant leur périodes de formations, les artistes contractent des dettes envers l’agence qui les a formés (ces dettes peuvent parfois s’élever à des millions de francs). Au début de leur carrière les artistes sont généralement payés à 40% le reste va à l’agence, et est utilisé en partie pour rembourser les dettes des artistes envers celle-là. Passant ensuite à une répartition égale en 50-50 entre les artistes et l’agence, et ils peuvent même recevoir 60 à 70% de bénéfice après plusieurs années de carrières (cela varie selon les agences) . Ce salaire étant répartie sur tout les membres du groupe, plus ils sont nombreux plus le salaire sera bas. Malheureusement tous les artistes n’ont pas la chance de gagner autant que les grands groupes, et ne perçoivent leur salaire qu’au bout de 3 ans. Certains malgré leur travaille gagnent moins que le “smic” coréen. La musicienne indépendante Lee Lang a été réduite à vendre le trophée qu’elle venait de recevoir aux Korean Music Award, pour pouvoir se faire un peu d’argent.

Derrière les fan sasaeng se cachent bien des visages

Le mot “sasaengs” (prononcez “sassègue”) est un terme coréen désignant les fans obsessionnels. On peut penser à tort que les “sasaengs” sont des jeunes femmes âgées de 17 à une vingtaine d’année, mais non. Les “sasaengs” sont autant des femmes que des hommes (même si il y a une majorité de femmes), mariés ou non, et de tous les âges. De par leur toxicité, certains ne les considèrent pas comme des vrais fans, mais plutôt comme des anti-fans. Quoi qu’il en soit, ces personnes mettent en danger les artistes et violent la vie privée de ces derniers. Les comportements des “sasaengs” sont très variés : suivre les idols à traquer, s’introduire et déposer des serviettes et tampons imbibés de sang menstruel dans les dortoirs de ceux-ci, les bousculer, les tabasser et bien d’autres choses. Les raisons qui poussent les fans “sasaeng” à agir comme ils le font sont l’envie de marquer l’esprit des artistes, l’envie de se faire remarquer parmi les milliers de fans, que ce soit d’une manière positive ou négative.

Deux faits divers qui font cas d’école

Très récemment, le groupe Blackpink et le boysband BTS ont été touchés par cette catégorie de fan.

  1. Le groupe féminin Blackpink a atterri dans un aéroport des Philippines pour sa tournée 2019. Malgré leur notoriété, les jeunes femmes ne s’attendaient pas à être accueillies dans un si grand chaos. Des centaines de fans “sasaeng” les attendaient devant l’aéroport. Plus le groupe s’approchait, plus les fans devenaient difficiles à contrôler pour l’équipe de police mise à disposition. La situation est devenue catastrophique lorsque des sasaengs se sont mis à grimper sur des voitures de police de façon à mieux pourvoir voir les jeunes artistes, se frayant comme elles le pouvaient un chemin dans la pagaille et l’excitation générale.



s

2. Cette histoire se passe encore dans un aéroport, cette fois-ci avec le groupe BTS, lors de sa tournée “Love Yourself “. Au lieu de rester derrière les barrières installées pour le passage du groupe dans l’aéroport, une “sasaeng” s’est faufilée sous celles-ci, de façon à pouvoir toucher et photographier les membres du groupe. Ce n’est pas le fait qu’elle se soit approchée du groupe malgré les barrières – ce n’est pas la première et sûrement pas la dernière à l’avoir fait – qui a fait parler de cette histoire, mais plutôt ce que la jeune fille portait ; certains disent qu’elle ne portait rien sous son haut, d’autre disent qu’elle portait juste un short extrêmement court.

Les anti-fans

Les anti-fans (plus souvent abrégé antis) sont des personnes détestant profondément un groupe, un artiste ou même le concept de la KPOP en lui-même. Un peu comme les fans sasaeng, ces personnes se situent à l’extrême des “non-fans” de la KPOP et n’hésitent pas à utiliser tous les stratagèmes possibles et imaginables pour nuire ou même attenter à la vie des “Idols”. Les comportements les plus fréquents des “antis” sont d’éteindre leur “lightsticks” durant les performances des artistes – cela peut être d’autant plus blessant quand les “lightsticks” sont éteints pendant la performance solo d’un des membres du groupe en particulier-, de ne pas chanter la partie des artistes de façon à ce que ceux-ci se sentent le moins soutenus possible ou encore de totalement les ignorer. Mais tout cela n’est rien comparé à un anti ayant offert un mélange hautement toxique de jus d’orange et de colle à Yunho (du groupe TVXQ) pour la simple raison que voir cet artiste être heureux à la télé l’énervait au plus au point. Après avoir ingérécette mixture, Yunho s’est mis à vomir et a été transporté à l’hôpital où il resta plusieurs jours. L’anti ayant offert la boisson au chanteur s’est elle-même rendue à la police, l’artiste a néanmoins demandé qu’aucune charge ne soit retenue contre elle. L’incident a malgré tout eu pendant longtemps des conséquences sur le mental du chanteur. Mais il dit se sentir mieux depuis son empoisonnement ayant eu lieu en 2006 et pouvoir avaler une brique de jus d’orange sans problème.

Pour conclure…

J’espère que cet article vous aura fait voir un peu plus loin que les paillettes de l’industrie musicale coréenne et vous aura montré à quel point le monde de la KPOP est intéressant, divers et mystérieux.

J’aimerais aussi terminer une petite liste de chansons :

  • (ballade) Stay here: Gaho
  • (ballade)180 degree: Ben
  • (rap) Manitto: Villain
  • (ballade)Sorry: The rose)
  • (pop/rock)Shoot me : Day6