Fake news : ne tombez pas dans le panneau

Des bonbons fourrés à la drogue, des gens qui se font passer pour des handicapés pour recevoir des dons, un restaurant offrant de la viande d’ours et faisant croire que c’est de la viande humaine ? Bienvenue dans le monde des « fake news ».

Des enfants chauves-souris ou Hillary Clinton et son bébé alien: la presse à sensation n’a pas attendu pour se mettre aux “fake news”

En ce début d’année 2018, prenez une bonne résolution : arrêtez de croire et de colporter ragots et informations non vérifiées ! Bien sûr, face aux nombreuses rumeurs qui font le buzz sur la toile, il n’est pas toujours facile de se repérer. Sont-elles vraies ou bien fausses? Comment les identifier ? Sans compter les très nombreuses photos truquées qui circulent via les réseaux sociaux et qui parviennent à tromper même les sites d’info les plus aguerris.

L’outil indispensable : hoaxbuster.com

Avant de donner l’alerte pour une prétendue fugue ou bien de vous engager à verser des dons pour une cause douteuse, il faut vous renseigner. Pour vous aider à trier le vrai du faux, voici l’adresse d’un site qui traite des informations douteuses et qui rétablit la vérité sur les histoires les plus répandues : www.hoaxbuster.com.

Sur ce site, on y trouve foule d’informations fausses qui sont effectivement des hoax, c’est-à-dire des canulars. Mais, plus étonnant, certaines informations qui ont toutes les apparences de « fake news » sont pourtant vraies. Comme par exemple cette histoire de virus informatique incrusté sous la peau d’un homme, ou encore celle d’impôts falsifiés distribués à des contribuables en France.

En 2018, donc, suivez la règle d’or : ne vous alarmez pas, ou n’alertez pas les autres, avant d’être sûrs que vos informations sont véridiques. Les « fake news » ne passeront ainsi pas par vous.

Maria Rizzotti et Ines Boularas